Vers la disparition des maternelles?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vers la disparition des maternelles?

Message par Stephanie le Mar 4 Nov 2008 - 20:52

Pour les enfants de 2-3 ans, un rapport du Sénat prône le "jardin d'éveil"

PARIS (AFP) — Les enfants âgés de 2 à 3 ans devraient être accueillis en "jardin d'éveil", un "nouveau service public" à créer, selon un rapport sénatorial rendu public mardi et qui s'inscrit dans le débat sur la scolarisation à 2 ans relancé par le ministre de l'Education Xavier Darcos.

Ce "jardin d'éveil" serait une "structure innovante à mi-chemin entre la crèche et l'école" qui "précèderait l'entrée à l'école maternelle", écrivent les sénateurs UMP Monique Papon (Loire-Atlantique) et Pierre Martin (Somme) au nom du groupe de travail sur "la scolarisation des jeunes enfants".

Ce "lieu d'éducation et d'éveil s'inscrirait dans le cadre de la politique familiale comme un nouveau service public", ajoutent-ils.

A la base de cette proposition, un double constat fait par les sénateurs: d'une part l'école offre "un milieu peu adapté aux enfants de deux ans" et leur scolarisation est "une fausse bonne idée pour la réussite scolaire", mais d'autre part les modes de garde de la petite enfance (crèches, assistantes maternelles, etc.) sont insuffisants, alors que la natalité est dynamique.

Les auteurs reconnaissent d'ailleurs que dans ce "contexte de pénurie" la scolarisation à deux ans est perçue comme une "opportunité" pour pouvoir concilier vie familiale et professionnelle.

La France, avec la Belgique, fait donc figure d'exception en Europe en acceptant d'accueillir à la maternelle les enfants dès l'âge de deux ans.

Tout au long des années 1990, plus d'un enfant de deux ans sur trois a été scolarisé dans le public et le privé (34,1% en 1999), mais depuis le taux a baissé, pour atteindre 20,9% en 2007.

En outre, selon le rapport, de "fortes disparités territoriales permettent de s'interroger sur la maîtrise de la politique de scolarisation précoce".

Par exemple, environ 60% des enfants de deux ans étaient scolarisés en 2007 dans le Finistère ou le Morbihan, contre 2,5% en Haute-Savoie ou 5,0% en Seine-Saint-Denis.

Le rapport s'engage donc clairement en faveur d'une solution alternative à la scolarisation précoce, un sujet polémique.

Au-delà de propos sur les "siestes" et les "couches" jugés méprisants par les syndicats enseignants, Xavier Darcos a estimé cet été que la question de la scolarisation des deux-trois ans devait être "débattue".

Pour le syndicat SE-Unsa, la scolarisation précoce doit rester une option: il déplore que les enfants soient "ravalés à une simple marge de manoeuvre budgétaire" servant à "justifier les suppressions de postes".

Dans leur rapport, les sénateurs ne cachent pas que le "jardin d'éveil" est inspiré des conclusions d'un rapport de la députée UMP Michèle Tabarot, influencées par la Révision générale des politiques publiques (RGPP), politique de réforme de l'Etat et de réduction de ses dépenses.

Mais ils justifient leur choix et s'entourent de précaution.

En inscrivant le rapport dans le sillage de la pédiatre et psychanalyste Françoise Dolto, ils assurent que leur fil conducteur a été "le respect des rythmes et des besoins du jeune enfant dans son développement".

En outre, ils prônent une "large concertation" sur les modes d'accueil et écrivent que le jardin d'éveil "ne peut se concevoir sans l'établissement d'un lien privilégié avec l'école maternelle la plus proche, dans une approche de continuité éducative".

Pour autant, sénateurs socialistes et communistes n'ont pas souscrit à cette proposition, craignant notamment "la fin de la gratuité d'accueil" ou le "risque de coût transféré aux communes".

Stephanie
Admin

Nombre de messages : 158
Age : 49
Date d'inscription : 10/11/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum